l'article

Etats-Unis : Le discours des médias sur les migrants doit changer

Depuis la fin du mois de mars, les associations et ONG alertent sur le nombre de mineurs à la frontière américaine. En parallèle de ces alertes, les médias participent d'une construction de leur perception bien différente. L'activiste et chargée des relations presse de Bernie Sanders en 2016 Erika Andiola revient dans un bel article sur son histoire, celle d'une enfant arrivée aux Etats-Unis à 11 ans, suite à un départ du Mexique.

Cet article a été publié par Erkia Andiola sur The Nation, le 31 mars 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Au cours des dernières semaines, nous avons tous entendu les nouvelles sur ce qui se passe à la frontière. La plupart des gros titres et des commentaires des médias ont dépeint une « vague » d’enfants migrants traversant la frontière par leurs propres moyens. Ils ne cessent de parler de cette « crise sécuritaire » à la frontière. Après avoir entendu ces nouvelles, il est difficile de ne pas penser que les États-Unis sont envahis par des enfants bruns. Nous savons que ce n’est pas la réalité, mais avec la quantité de couverture de cette question et le type de récit sur lequel les médias se concentrent, il est difficile pour le public de voir les choses sous un autre angle : celui de l’humanité.

À titre personnel, regarder et lire ces nouvelles est profondément douloureux. Moi aussi, je suis arrivée dans ce pays quand j’étais enfant. J’ai eu la chance de pouvoir venir avec ma mère et mes frères et sœurs, mais je connais très bien l’expérience de devoir traverser la frontière en quête d’un avenir meilleur. Pendant de nombreuses années, avant de m’engager dans le mouvement de défense des droits des immigrants, je voyais les mêmes images et la même rhétorique à la télévision. Je savais qu’ils parlaient de gens comme moi, mais je ne me voyais pas dans ces images. Je n’ai jamais vu mon humanité reflétée dans ces histoires. On nous traitait d’ « illégaux », d’« étrangers », d’« envahisseurs », et j’en passe.

C’est pour cette raison que j’ai décidé de partager mon histoire publiquement. Aussi traumatisant et difficile que cela puisse être de le faire encore et encore, j’avais l’impression de n’avoir pas d’autre choix. Je pensais que la seule façon pour moi de contribuer à la réforme de notre système d’immigration était de prouver à ce pays que j’étais suffisamment humaine. Que, comme beaucoup de gens dans ce pays, j’avais des rêves et des aspirations. Je me suis sentie obligée de rouvrir mes blessures d’enfance encore et encore et de raconter au monde la violence que j’ai subie avec mon propre père, afin que les Américains aient de la compassion pour moi et ne permettent pas à leur gouvernement de me détenir ou de m’expulser.

Vous pouvez lire l’article en entier sur The Nation

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos