l'article

En Algérie, l’abstention remporte le référendum

Le « oui » a remporté le référendum du 1er novembre 2020. Il s'agissait d'une manière pour le régime de se légitimer à nouveau. Ce référendum est un échec puisque c'est l'abstention qui affiche les chiffres les plus vertigineux.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Mohamed Charfi, président de l’Autorité nationale indépendante des élections, a déclaré que le taux de participation au référendum constitutionnel en Algérie s’est établi à 23,7%. L’opposition a en effet totalement boycotté le scrutin. Un profond revers pour le président Abdemadjid Tebboune, hospitalisé dans un hôpital militaire d’Alger depuis la fin du mois d’octobre à cause du Coronavirus.

Le peuple est mobilisé depuis février 2019. Si le Hirak (le nom du mouvement) avait entraîné le départ du pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika, l’ex-Premier ministre Abdelmadjid Tebboune devenu président demeure contesté par les manifestants. Le projet de constitution qui était soumis au référendum était critiqué car il ne remettait pas selon ses détracteurs assez en cause l’hyper-présidentialisme. Pendant la campagne référendaire, les opposants issus du Hirak ont été réprimés et un certain nombre de journalistes emprisonnés. Au-delà des propositions concernant la constitution, c’est également le déroulé de la campagne qui est contesté.

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos