l'article

Donald Trump sonnera-t-il le glas de la démocratie étasunienne ?

Plus les jours avancent plus Donald Trump semble accorder peu d'importance aux règles de la démocratie. Après une mandature d'outrance, ce sont les modalités du scrutin qui sont aujourd'hui remises en causes : délégitimation du vote électronique, perturbation du scrutin, judiciarisation du rapport à ses adversaires (le lawfare encore et toujours, dans toujours plus de pays)... Les élections de novembre 2020 seront-elles la fin de la démocratie aux Etats-Unis ? C'est ce que de plus en plus de commentateurs, militants ou journalistes redoutent...

Cet article a été rédigé par Umair Haque sur Eudaimonia, le 9 octobre 2020.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Plus Trump est désespéré, plus ses outrances sont flagrantes. La dernière en date, alors qu’il plonge dans les sondages, est de demander que ses adversaires soient poursuivis et inculpés.
Cela est tout droit sorti du livre de jeu de l’autoritarisme. Et cela devrait être un signe clair de ce qui est à venir. Est-ce que ce seront les 25 derniers jours de la démocratie américaine ?

Trump a compris depuis longtemps qu’il ne gagnera probablement pas les élections. Que la majorité des Américains ne le soutiennent pas – ils ne l’ont pas fait la première fois, souvenez-vous. Ce n’est pas une simple coïncidence : c’est l’aboutissement d’une tendance. La même chose s’est produite avec George W Bush, et c’était un signe inquiétant pour l’avenir. Si l’Amérique est classée comme une démocratie défectueuse, c’est précisément parce que son obscur système de « collège électoral », un vestige de l’esclavage et de la ségrégation, conçu pour donner du pouvoir aux riches propriétaires terriens, va à l’encontre des souhaits de la majorité – qui souhaite une société plus proche du Canada ou de l’Europe que l’État en faillite du Texas.

Lire la suite de l’article sur Eudaimonia

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos