l'article

Deux femmes juges assassinées à Kaboul : la série noire continue

Deux femmes juges ont été abattues dans les rues de Kaboul, le dimanche 17 janvier 2021. Des attaques fréquentes qui ciblent des défenseurs des droits, des personnalités publiques ou des journalistes. Des attaques souvent revendiquées par les talibans. Ces deux femmes s'ajoutent à une liste déjà longue, dans un contexte de négociation de paix.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Dimanche 17 janvier 2021 dans la matinée, deux femmes juges qui travaillent pour la Cour suprême afghane ont été tuées par balle, dans les rues de Kaboul. Elles se rendaient sur leur lieu de travail. Ce n’est pas la première fois que des défenseurs des droits sont assassinés. Depuis plusieurs semaines maintenant, des avocats, personnalités publiques et médiatiques sont régulièrement prises pour cible et éliminées.

Qui en est à l’origine ? Les autorités afghanes pointent du doigt les terroristes islamistes tandis que les États-Unis accusent les talibans. L’attaque a eu lieu deux jours après l’annonce américaine de réduire de 2 500 personnes les effectifs en présence en Afghanistan (des effectifs au plus bas depuis le 11 septembre 2001).

Deux femmes juges que je connaissais personnellement abattues en #Kabul . Ce sont les dernières victimes de meurtres ciblés en #Afghanistan . L’ennemi tente de faire taire les voix indépendantes en ciblant les journalistes, les militants des droits humains et les femmes occupant des fonctions publiques.

Pour l’heure, peu de réactions de la part des gouvernements sont à noter. En décembre 2020, c’était la journaliste et militante Malalai Maiwand qui était assassinée dans la rue, avec son chauffeur. Malgré des pourparlers pour la paix en cours, les assassinats de personnalités – journalistes, politiques ou religieux, défenseurs des droits de l’homme ont progressé en 2020 (entre début novembre et décembre 2020, il fallait dénombrer trois meurtres : Aliyas Dayee, Yama Siawash et Malalai Maiwand). Si certaines attaques ne sont pas revendiquées, des journalistes et personnalités perdent également la vie dans des accidents dont les circonstances sont jugées comme extrêmement floues. C’est par exemple le cas de Fardin Amini qui avait trouvé la mort dans une attaque qualifiée de mystérieuse.

L’Afghanistan a perdu 5 journalistes célèbres au cours du mois dernier, 3 ont été tués dans des attaques ciblées revendiquées par le soi-disant ISIS-K, 2 autres sont soupçonnés d’avoir été assassinés. Absolument, terribles jours pour les médias libres en Afg. 1.YamaSiawash, 2.Ilyas Dayee, 3.MalalaiMaiwand, 4.RafiSidiqi, 5.FardinAmini

Malgré un contexte de tentative de pacification, ce sont aujourd’hui des libertés comme celles de la presse ou les droits des femmes qui sont menacés avec des attaques à répétition. La chute des talibans, au pouvoir entre 1996 et 2001 avait suscité un grand espoir pour les femmes afghanes. Le pouvoir religieux et réactionnaire les empêchait en effet d’étudier, de travaillait ou leur imposait le port de la burqa. Malgré une amélioration temporaire, leur situation s’est dégradée ces dernières années.

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos