dossier

La solidarité internationale

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

David Choquehuanca : « la grève générale est la première réponse organisée au coup d’État de novembre 2019 »

David Choquehuanca Céspedes, 59 ans, était Ministre des affaires étrangères de la Bolivie de 2006 à 2017. Il est candidat à la vice-présidence (MAS) aux côtés de Luis Arce, candidat à la présidence pour les élections présidentielles boliviennes de 2020.

Cette tribune a été écrite le 7 août 2020 à La Paz au moment où débute une grève générale en Bolivie pour exiger le maintien des élections prévues en septembre.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La crise politique qui a résulté des élections d’octobre 2019 a conduit à une crise systémique, où la crise politique aggrave la crise sanitaire, la crise sociale, économique et environnementale.

En Bolivie, nous vivons un moment d’ingouvernabilité, il n’y a pas de gouvernement, il n’y a pas de politiques et il n’y a pas de leadership. 

Dans le domaine de la santé, face à la pandémie de Covid-19, il n’y a plus de produits – tels que les médicaments ou l’oxygène – ni dans les hôpitaux ni sur le marché informel. Les stocks existants ont été épuisés au bout de cinq mois, ce qui montre qu’aucune mesure n’a été prise alors que le virus était déjà présent dans le pays. Il y avait déjà trois autorités différentes au sein du Ministère de la santé, et maintenant il est sous la responsabilité du Ministre de la défense (cela ne peut-il pas être plus absurde pour la défense de prendre en charge la santé ?).

Les mesures économiques prises par le gouvernement de transition, ont non seulement un caractère superficiel et palliatif, mais elles ne sont pas appliquées dans les conditions prévues.

Elles sont modifiées dans le processus de mise en œuvre, elles ont un horizon d’exécution qui dépasse la période de leur gestion, ou les conditionne directement à des mesures qui doivent être assumées par d’autres pouvoirs de l’État. 

Depuis mars, un « panier familial » de produits alimentaires est offert aux ménages pauvres, mais après deux mois, une seule « prime familiale » a été accordée, représentant moins de la moitié du panier offert. L’annulation du paiement des intérêts sur les prêts bancaires a été annoncée, mais au final, il ne s’agit que d’un report accumulé et non pour la période initialement prévue. Des programmes d’emploi à long terme ont été annoncés : ils ne seront lancés que l’année prochaine ; et des crédits ont été mis à disposition pour la reprise économique, avec des exigences presque impossibles à satisfaire pour les micro et petits entrepreneurs.

D’autre part, après des mois de négociations infructueuses entre les enseignants, les parents, les propriétaires d’écoles privées et le Ministre de l’éducation, le gouvernement a décidé d’anticiper la fin de l’année scolaire. La négociation a porté sur l’adaptation des programmes éducatifs au contexte de la pandémie et de la quarantaine correspondante. Le gouvernement n’avait pensé aucune proposition ni politique globale ; il a finalement décidé de déléguer aux gouvernements départementaux et locaux la résolution du problème. C’est lorsqu’il a vu que les mouvements d’enseignants et les organisations de parents d’élèves elles-mêmes étaient déterminés à se mobiliser, comme nous l’avons dit, qu’il a mis fin à l’année scolaire.  

Le manque de capacité et de volonté de négocier conduit inévitablement le gouvernement à l’affrontement ; bien sûr, dans ce cas, il ne s’agit pas seulement de son incapacité mais aussi de sa volonté d’arrêter les mobilisations en cours et – assez paradoxalement – de provoquer de nouveaux affrontements.

Improvisation, corruption, violence et refus du dialogue

Et il faut dire que le gouvernement actuel présente quatre caractéristiques : une profonde improvisation et une méconnaissance de la manière dont l’État est géré ; la corruption qui est à l’origine de la plupart de ses actions ; sa prédisposition à réprimer et à violer les droits de la population ; et une incapacité à engager le dialogue. L’improvisation dans la gestion publique affaiblit les institutions de l’État, tous les organes gouvernementaux ont été affaiblis et la différenciation des compétences entre les différents ministères a été perdue (ce qui est mis en évidence par le manque de nomination des ministres, les démissions et les changements permanents, les postes sans tête et, comme mentionné, le fait que le ministère de la défense est en charge du ministère de la santé). 

Une grande partie de cette fragilité institutionnelle est également liée aux nombreux actes de corruption perpétrés par les différentes autorités. Les salaires ont été augmentés de plus de 100% ; des fournitures ont été achetées (principalement pour la police et l’armée), sans appel d’offre publique et avec des commissions supplémentaires ; des intermédiaires inutiles ont été recherchés pour augmenter les coûts ; au milieu de la quarantaine, des contrats frauduleux ont été signés, etc. De nombreux changements d’autorités sont dus à des plaintes et des preuves de corruption qui ne sont pas suivies par les autorités compétentes.

De même, étant donné sa nature violente et répressive, ce gouvernement a déjà à son actif, à court terme, de nombreuses morts civiles. En fin de compte, tous ces éléments ne font rien d’autre que d’accroître le désordre.   

Les violations des droits de l’Homme sont si frappantes qu’il existe déjà plusieurs rapports sur le « cas de la Bolivie », tant de la Commission interaméricaine des droits de l’Homme que, plus récemment, de l’International Human Rights Clinic du programme des droits de l’Homme de la faculté de droit de l’université de Harvard. Cependant, le gouvernement continue de persécuter et de criminaliser la protestation sociale ; des poursuites sont engagées pour des raisons politiques déguisées en faute juridique (lawfare). Il y a une longue liste de détenus, tous des leaders sociaux et politiques.

En fin de compte, tous ces éléments ne font que montrer le manque d’intérêt du gouvernement à négocier et à trouver des solutions. Son seul mandat était de convoquer de nouvelles élections, mais maintenant qu’il est clair que la droite ne pourra pas gagner lors d’élections libres et transparentes, comme l’indiquent divers sondages et enquêtes, elle n’est plus intéressée par un processus électoral.

L’intention de remplacer un projet néolibéral qui a motivé le coup d’État de novembre 2019, avec tous les intérêts transnationaux et leurs implications géopolitiques, n’était pas de permettre au MAS (parti de Evo Morales) de revenir au pouvoir après un an. Le projet promu par les États-Unis, les grandes entreprises et les expressions les plus extrêmes de la droite bolivienne, a été conçu pour un cycle d’au moins vingt ans, et non pas seulement quelques mois. D’où son imposition violente. Ils ne voulaient pas seulement renverser un gouvernement, ils voulaient éduquer toute leur base sociale, ils voulaient intimider et imposer la peur. Ils n’ont pas compté sur la conscience profonde du peuple, sur la fierté qu’ils ont accumulée ces dernières années, et encore moins sur l’émergence de la pandémie, qui a montré leur totale indolence face aux intérêts du peuple et leur méconnaissance de la réalité bolivienne. Ils sont toujours des étrangers devant leur peuple.

Les mouvements sociaux, et en particulier le mouvement indigène andin-amazonien, ont retrouvé leur ajayu, leur esprit, après le choc du coup d’État et le départ ultérieur de l’ancien président Morales. Peu à peu, ils commencent à se réintégrer et à retrouver leur capacité d’auto-organisation et d’initiative politique. 

En ce moment, nous vivons une grève générale avec des barrages routiers, pour revendiquer le respect du droit au vote, et des élections justes et transparentes mais aussi des politiques cohérentes de santé, d’éducation, de production et de relance économique.

Il ne s’agit pas d’une liste de demandes temporaires, mais de reprendre l’initiative politique et de régler le différend pour l’avenir de la Bolivie et de sa population. C’est la première réponse articulée du mouvement populaire – au-delà des partis politiques – au coup d’État de l’année dernière, qui a été un coup contre un processus de changement aux racines historiques séculaires, et pas seulement un coup contre un gouvernement.

L’avenir est ouvert… mais avec la certitude que notre combat n’est pas seulement pour nos fils, nos filles et nos petits-enfants, mais aussi pour nos ancêtres, pour notre Achachilas et notre Pachamama, d’où vient notre force.

Dans le même dossier

Les vidéos