l'article

Coup de poker au sein du Parti démocrate : les socialistes gagnent le Nevada

Lors d’élections internes, des membres du mouvement socialiste DSA ont été élus à la direction du Parti démocrate du Nevada. Il s'agit d'un État qui avait soutenu la candidature de Bernie Sanders. Cet État fait partie des Swing State aussi cette victoire constitue un événement qui pourra faire de nouveau parler de lui.

Cet article a été publié par Christophe Deroubaix dans l’Humanité du 22 mars 2021. Il est l’auteur de « L’Amérique qui vient » publié en 2016 et suit l'actualité étasunienne depuis un quart de siècle.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Les socialistes ont pris le pouvoir à Las Vegas. Cela n’est pas le pitch d’un film de politique-fiction sorti de l’esprit brumeux d’un scénariste hollywoodien sous psychotropes. Encore moins un délire dystopique (pour eux) émanant d’adeptes de la théorie complotiste QAnon. Juste une réalité. Le 6 mars, les élections internes au Parti démocrate du Nevada ont consacré la victoire, face aux candidats soutenus par l’establishment, d’une équipe d’outsiders pro-Sanders et de tous les membres de la section locale du DSA (Democratic Socialists of America), l’organisation de gauche la plus influente outre-Atlantique.

La présidente Judith Whitmer sera accompagnée de Jacob Allen, Zaffar Iqbal, Ahmed Ade et Howard Beckerman, respectivement élus premier et second vice-présidents, secrétaire et trésorier d’un Parti démocrate devenu quasiment hégémonique dans cet État (victoire lors de la présidentielle sans discontinuer depuis 2008, trois des quatre sièges de députés, les deux sièges de sénateurs, le poste de gouverneur et la majorité dans les deux chambres locales). Avec ses 3 millions d’habitants, le Nevada n’a rien d’un monstre démographique (35e du pays), mais son statut de Swing State et son caucus qui arrive en début de processus des primaires lui octroient une sorte de surclassement politique.

Et c’est justement à l’occasion du vote de février 2020 qu’a commencé le chamboule-tout. Il y a un peu plus d’un an, Bernie Sanders frappait un grand coup dans ce bout de désert, urbanisé à partir des années 1950 : il rafle 47 % des délégués, loin devant Joe Biden (20 %), Pete Buttigieg (15 %) et Elizabeth Warren (10 %). La presse en fait le favori à la nomination démocrate. Hunter Thompson, le père du journalisme gonzo et auteur de Las Vegas Parano, se serait, à n’en pas douter, régalé de ce paradoxe : un vieux sénateur socialiste de 77 ans, contempteur du capitalisme qu’il définit comme une « économie de casino », fait sauter la banque dans la ville des casinos. Car c’est bien dans la principale ville de l’État (500 000 habitants mais 1,7 million pour le comté) que Bernie a construit sa victoire.

Vous pouvez retrouver l’article en intégralité sur Les Coulisses de l’Amérique

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos