Brésil

Tous les articles

Le président Bolsonaro appelle ses partisans à marcher contre la Cour Suprême le 7 septembre 2021, jour de la fête nationale du Brésil. À un an de la présidentielle, il espère opérer une démonstration de force, à la manière des partisans de Trump au Capitole. Des personnalités du monde entier telles que Noam Chomsky et Jean-Luc Mélenchon tirent la sonnette d'alarme. Nous publions ici leur tribune commune ainsi que la liste des signataires.
C’est le nouveau livre de la politologue Arantxa Tirado Sanchez, docteur en relations internationales et en études latino-américaines. Paru en avril 2021, elle démontre dans son ouvrage comment la loi est utilisée en tant que stratégie militaire : si par le passé les coups d’états classiques empêchaient la gauche au pouvoir de déployer son agenda politique, c’est aujourd’hui par le droit que sont montées des stratégies pour saper le pouvoir, l’image et les possibilités de réélection de gouvernements de gauche en Amérique latine.
Luiz Inacio Lula da Silva a appris au début du mois de mars l'annulation de ses condamnations en justice. Depuis, les annonces s'enchaînent : Par trois vote contre deux, la seconde chambre du Tribunal suprême fédéral du Brésil a estimé le mardi 23 mars 2021, que le juge Sergio Moro avait été partial dans le procès instruit contre l'ancien président Lula.
Lula avait été condamné en 2018 ainsi que rendu inéligible. Des poursuites judiciaires qui visaient notamment à l'empêcher de concourir à un nouveau scrutin. Une excellente nouvelle qui vient une fois de plus souligner la dimension politique des poursuites qui étaient engagées à son encontre.
Luiz Inácio Lula da Silva a été Président de la République fédérative du Brésil entre 2003 et 2011. Depuis son départ de la présidence, il est poursuivi en justice, ses opposants se servant de la justice pour le discréditer voire l'empêcher d'exister politiquement. Un rapport de cinquante pages publié à la fin du mois de janvier a mis en lumière le fait que son arrestation était un moyen de l'empêcher de gagner les élections.
Les Chefs autochtones Raoni et Almir ont décidé d'attaquer le président brésilien Bolsonaro en justice pour crime contre l'Humanité. Un acte crucial tant pour la forêt amazonienne, le poumon vert de la planète que pour la survie des tribus autochtones. Le verdict qui sera rendu est également crucial dans la lutte pour la reconnaissance du crime d'écocide. Le Monde en Commun vous tiendra au courant des avancées de ce dossier !

Par format

Par date

Par dossiers