l'article

Commencer par nommer pour changer les choses : un défenseur des droits israéliens lie Israël et l’apartheid

Hagai El-Ad est un militant israélien des droits de l'homme. Selon lui, les lois qui séparent les individus, la relégation, les discriminations font d'Israël un lieu d'apartheid. Nommer les choses justement, avec lucidité est un moyen d'avancer et de faire changer les choses. Son analyse parue initialement dans The Guardian n'a pas manqué de faire réagir des personnalités politiques israéliennes. Une analyse qui fera date à lire et partager !

Cette tribune a été rédigée par Hagai El-Ad, militant israélien des droits de l’homme et le directeur général de B’Tselem. Elle a été publiée dans sa version originale el 12 janvier 2021 sur le site de The Guardian et est accessible en français sur Agence Media Palestine.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

On ne peut pas vivre un seul jour en Israël-Palestine sans ressentir que cet endroit est constamment conçu pour privilégier une population, et une population seulement : la population juive. Et pourtant, la moitié de ceux qui vivent entre le Jourdain et la Méditerranée sont palestiniens. L’abîme entre ces réalités vécues  emplit l’air, saigne, est partout sur cette terre.

Je ne me réfère pas simplement aux déclarations officielles qui expriment cela – et il y en a plein, telle l’affirmation en 2019 du premier ministre Benjamin Netanyahou disant que « Israël n’est pas l’État de tous ses citoyens », ou la loi fondamentale de « l’État-nation » consacrant « le développement de la colonisation juive en tant que valeur nationale ». Ce à quoi j’essaie de parvenir, c’est à un sentiment plus profond d’une population perçue comme désirable ou indésirable, et une compréhension de mon pays à laquelle j’ai été graduellement exposé depuis le jour où je suis né à Haïfa. Il s’agit maintenant d’une concrétisation qu’il n’est plus possible d’éviter.

Bien qu’il y ait une parité démographique entre les deux populations qui vivent ici, la vie y est organisée de telle manière que la moitié seulement jouit de la grande majorité du pouvoir politique, des ressources terrestres, des droits, des libertés et des protections. C’est presque un exploit d’arriver à maintenir une telle privation des droits. Et encore plus, d’arriver à le vendre comme une démocratie (à l’intérieur de la « ligne verte » – la ligne d’armistice de 1949), celle à laquelle une occupation temporaire est attachée.

En réalité, un seul gouvernement gère toute personne et toute chose entre la rivière et la mer, selon le même principe organisateur partout où il exerce son contrôle, travaillant à faire progresser et perpétuer la suprématie d’un groupe de personnes – les Juifs – sur un autre – les Palestiniens. C’est l’apartheid.

Israël n’est pas une démocratie à laquelle est attachée une occupation temporaire: c’est un régime entre le Jourdain et la mer Méditerranée, et nous devons regarder le tableau dans son ensemble et le voir pour ce qu’il est: l’apartheid.

Vous pouvez retrouver cette tribune en intégralité sur Agence Média Palestine.

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos