dossier

La fin du libéralisme

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Texte de référence à venir…

l'article

Jean-Luc Mélenchon : Il est temps de mettre fin à la dictature du court-termisme

"Le leader de la gauche française Jean-Luc Mélenchon affirme que nous avons besoin d'une planification à long terme, et non d'incitations basées sur le marché pour lutter contre le changement climatique." Jean-Luc Mélenchon a écrit un texte de haute volée pour le journal socialiste américain Jacobin. Nous partageons ici cette note de philosophie politique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Si vous n’aimez pas la philosophie politique, vous pouvez sauter cet article. Ce n’est pas un problème. Sinon, montez vite à bord.

Comme beaucoup d’entre nous le savent, le changement climatique domine le moment politique actuel. Mais beaucoup de gens pensent encore à ses effets à l’ancienne, comme à l’époque des cycles longs et réguliers de la nature et des activités humaines qui y sont liées. Mais le problème ne se limite pas à la transition d’un climat à un autre. Ce ne sera pas comme ça. Tout est en train de changer – même le changement lui-même. Nous sommes désormais plongés dans une situation totalement nouvelle, une situation d’incertitude permanente et « structurelle », c’est-à-dire désormais liée à la nature même du cours des choses.

Que mes lecteurs se rassurent : je ne vais pas entrer ici dans une méditation sur la nature du temps, après ce que j’ai déjà écrit à ce sujet d’un point de vue politique dans mon livre L’Ère du peuple. Je me contenterai de citer l’idée générale : le temps est une propriété de l’univers social dans lequel il se déploie. Il y a donc des temps dominés et des temps dominants. Dans cette optique, la planification écologique est une reconquête du temps long, que nous arrachons à la dictature du court terme qui régit la société capitaliste de notre époque. J’ai parlé de « propriété collective du temps long » à travers la planification écologique. Je l’ai opposé à la propriété privée du temps qui existe lorsque les rythmes court-termistes du marché et de la société de marché « juste à temps » s’imposent à chacun d’entre nous. Ceci étant dit, j’en viens maintenant aux défis dont cette façon de voir les choses doit elle-même relever dans l’ère actuelle d’incertitude.

Les certitudes perdues

S’approprier collectivement le temps long – et en faire une priorité dans les rythmes de la société – permet d’harmoniser les cycles de l’activité humaine avec ceux de la nature. C’est l’objectif principal de la Règle Verte. D’ailleurs, la Règle verte le dit en quelques mots : « Ne prenez pas à la nature plus que ce qu’elle peut reconstituer. » Dans ce cas, le cycle de production est aligné sur la temporalité spécifique nécessaire à la nature pour reconstituer ce qui lui a été pris. Tout cela dépend d’une condition essentielle : la prévisibilité. Et celle-ci a à son tour une condition préalable : il doit y avoir une relation stable entre la cause et l’effet.

Dans la réalité concrète, cette relation semble souvent directe et automatique. Mais elle n’est que hautement probable, même si nous ne nous en rendons pas compte. Si la cause A correspond à l’effet B dans 90 % des cas, la possibilité de ne pas le voir se produire est presque nulle. Mais ce n’est pas totalement certain, même si nous ne le savons pas. Cette incertitude (faible, dans ce cas) est une propriété de l’univers matériel. Elle est insurmontable. Le changement climatique rompt la chaîne forte de cause à effet – par exemple, lorsque les saisons ne produisent plus les mêmes effets en termes de pluie, de vent ou de température. Je dis « par exemple » pour une bonne raison.

Ainsi, la plupart des connaissances traditionnelles qui étaient fondées sur l’observation des liens entre les faits et les événements réguliers sont bouleversées. Ces états réguliers étaient notés, captés et progressivement transmis grâce à leur coïncidence avec des positions stellaires ou solaires. Le lever de l’étoile de Sirius correspondait à la crue du Nil. En effet, toutes sortes d’événements naturels, tels que les saisons de floraison et d’élevage, correspondaient à la crue du Nil, mais aussi toutes sortes d’événements sociaux et politiques. Par exemple, la fixation des impôts après la mesure des nouvelles surfaces de sol laissées par les inondations. Ou encore la reprise du transport fluvial des grosses pierres de construction en raison de la montée des eaux et donc des chantiers qui les utilisaient. Ici, la prévisibilité et l’harmonie des temporalités naturelles, religieuses, politiques et économiques ont atteint un très haut niveau de probabilité. C’est peut-être pour cela que les périodes de la civilisation égyptienne antique ont chacune duré si longtemps. C’est comme si la stabilité des conditions essentielles de la vie était une sorte de métronome imparable.

De même, la circulation de l’eau de mer entre les pôles et l’équateur détermine depuis des milliers d’années le cycle des événements climatiques et donc agricoles et sociaux. La fonte des calottes glaciaires aux pôles et le réchauffement de plus en plus important des tropiques dévoilent les correspondances entre la position des astres et la survenue d’événements essentiels tels que la pluie et le beau temps, la période propice au labourage, à la cueillette de telle ou telle baie. Cette situation m’a été enseignée par les discussions que j’ai eues avec les chercheurs français et boliviens rencontrés sur le lac Titicaca en avril dernier. Mais elles m’ont aussi ramené à une réflexion personnelle que j’ai entreprise depuis très longtemps.

Chaos

Mon premier livre (À la conquête du chaos : pour un nouveau réalisme en politique), publié en 1991, traitait des phénomènes dont le cours n’est pas linéaire – c’est-à-dire qui ne se déroulent pas de manière régulière, ou, dit autrement, dont les effets ne sont pas proportionnels à leurs causes. Ce type de phénomène est souvent illustré par l’exemple d’un papillon battant des ailes à Madrid et déclenchant un ouragan à Tokyo. Mais je sais que cette définition est très maladroite, malgré sa brillante simplicité. Personnellement, je préfère la définition d’un véhicule roulant à une vitesse constante sur une route droite et dont le conducteur se fait piquer par une guêpe. Un seul facteur minuscule intervient et tout le système est mis sur une trajectoire différente. Celui-ci provoque à son tour des dizaines d’événements totalement imprévisibles sur son nouvel itinéraire. Ce n’est pas un phénomène marginal, mais un phénomène extraordinairement répandu dans la vie réelle. En termes de système dynamique, cela peut se résumer en un mot : cela produit une bifurcation. Dans une telle situation, il existe une grande incertitude sur le lien entre les causes et les effets.

Il convient également de noter une autre conséquence de cette situation. Si les savoirs traditionnels sont remis en question à mesure que le changement climatique défait des liens séculaires, ce ne sont pas les seuls à être remis en cause. Les connaissances scientifiques sur les relations opérationnelles entre les éléments d’un système global comme le climat portent également sur des dynamiques qui deviennent fortement non linéaires et sujettes à des bifurcations. Le climat est un système mondial métastable, c’est-à-dire à la limite fragile de l’équilibre. S’il dévie de sa trajectoire, il s’oriente vers un état global différent. Mais cette nouvelle condition peut elle-même être encore plus instable dans la manière dont elle évolue. L’incertitude règne dans des délais et des formes imprévisibles. Désormais, le temps et la conduite de la politique, mais aussi le contenu de la planification, prennent une toute autre forme. Ils sont régis par une incertitude particulière, insurmontable. Cette incertitude ne peut s’appuyer sur nos outils ou nos raisonnements pour comprendre ce qui se passe. Elle dépend du caractère même des événements. J’ai écrit un article dans le Journal du Dimanche sur cette incertitude lorsque j’étais en Bolivie. Je regrette qu’elle n’ait pas été discutée par les écologistes planétaires (car ils sont nombreux).

J’y reviens parce que cette prise de conscience doit conduire à un renouvellement de la réflexion sur la manière de gouverner. La pandémie montre comment un système mondial intégré tel que le système économique dans lequel nous vivons peut prendre une trajectoire entièrement nouvelle en raison d’une cause minime et fortuite (un virus – même si les causes économiques persistantes des zoonoses augmentent considérablement la probabilité qu’un tel événement se produise). Toutes les conséquences de cette bifurcation ne sont pas encore claires. Et nous pouvons être sûrs que de futurs impacts de cette nature affecteront à nouveau le système mondial. Pour l’instant, j’ai au moins retenu une leçon partielle.

Plan

La planification met en jeu des processus matériels de construction, de production et de consommation. Elle ne peut suffire à elle seule, car elle sera elle-même affectée en cours de route par les conséquences directes ou indirectes d’un changement climatique imprévisible. Il est donc urgent de réorganiser notre pensée et de comprendre que la gestion des choses ne vaut rien sans l’implication des personnes dans un plan – non pas dans ses détails particuliers mais dans le plan pris dans son ensemble. La longue ère des technocrates et des bureaucraties nous a habitués à réduire la politique à des mesures ou à des chiffres, comme si l’essentiel était toujours le quantifiable.

Les quantités sont le domaine des technocrates. Mais leur production, leur transport et leur distribution sont très vulnérables à l’incertitude. Il est donc temps de dire que l’effort le plus fructueux et le plus réaliste doit porter sur la gestion des personnes plutôt que sur l’administration des choses. En d’autres termes, une société mobilisée est la réponse la plus durable et la plus efficace à la survenue de nombreux événements imprévus. Pour qu’il s’agisse d’une mobilisation enracinée qui se déroule de manière informée, bien informée et spontanément solidaire, il faut d’abord préparer les bonnes conditions.

Pour moi, le débat politique est une question de ces conditions – d’abord, réduire le niveau des inégalités qui minent la confiance et le respect mutuel dans la société et, surtout, qui donnent à certains l’illusion que le « chacun pour soi » pourrait être un moyen efficace de gérer une société. « Le chacun pour soi » suppose des objets qu’il a acquis pour son propre usage : des pétroliers, des générateurs, des stocks de marchandises. Mais en vérité, tout cela dépend des chaînes de production et de logistique – assurément les premiers réseaux perturbés par les événements que le changement climatique apporte. En ce sens, une telle option est risquée et largement illusoire. Cependant, il est également probable que ses partisans soient les éléments les plus indisciplinés et les plus susceptibles de recourir à la force contre les contraintes de l’action collective. En d’autres termes, ils doivent être considérés comme faisant partie du problème et non de la solution.

D’autre part, les qualifications techniques de l’ensemble de la population doivent être élevées. Cela permettra de fournir un grand nombre de personnes ressources pour faire face aux destructions et à la reconstruction qui doit être organisée. Ceci est vrai dans tous les milieux sociaux. Cela exige un vaste réaménagement des structures de l’enseignement professionnel public, dans lequel les métiers seraient enfin compris comme des sciences pratiques. Il me semble que cela est nécessaire pour augmenter les capacités d’auto-organisation spontanée de la population.

Enfin, nous aurions besoin de puissants instruments de solidarité humaine favorisant une éducation massive à l’entraide inconditionnelle. À cette fin, nous avons besoin d’un nouvel enrôlement des jeunes, en les enrôlant tous dans des brigades d’intervention écologique et de sécurité civile. Mais il faut aussi impliquer les contributions de la production artistique et culturelle et du sport. Car ils sont l’un des vecteurs essentiels de la construction de l’être humain et de sa solidarité. L’harmonie à construire entre les êtres humains, et entre les êtres humains et la nature, se concrétise ainsi dans le défi écologique et les dangers qu’il représente. Et cela passe par une plus grande humanisation des humains.

Dans le même dossier

Les vidéos