dossier

Écologie populaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

l'article

Greenpeace dénonce l’hypocrisie de la France

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Des activistes de Greenpeace se sont hissés le 9 juillet 2020 au sommet de la grue de Notre-Dame à Paris à 80 mètres du sol pour y déployer une bannière « Climat : aux actes !».

Cette action vise à dénoncer l’inaction climatique d’Emmanuel Macron. Et il y a de quoi ! Le Haut Conseil pour le Climat avait publié la veille (le 8 juillet) un rapport intitulé : « Redresser le cap, relancer la transition ».

Selon ces experts, la situation est critique, et le gouvernement ne fait rien. Pire, quand il agit, c’est à rebours de l’urgence écologique. En bref, selon le rapport :

▪️ « Les actions climatiques de la France ne sont pas à la hauteur des enjeux ni des objectifs qu’elle s’est donnés ».
▪️ Les émissions de gaz à effet de serre ont baissé de 0,9% en 2019, mais cette réduction est « trop lente et insuffisante pour permettre d’atteindre les budgets carbone actuels et futurs ».
▪️ La baisse est similaire aux trois années précédentes.
▪️ 4 secteurs sont responsables de 86% des émissions de gaz à effet de serre : le transport (30%), seul secteur dont les émissions ont augmenté depuis 30 ans, puis l’agriculture, le bâtiment et l’industrie (entre 18% et 20% chacun).
▪️ La baisse temporaire des émissions de CO2 liée au confinement (-13 % entre janvier et mai) « reste marginale ».
▪️ Les auteurs du rapport regrettent que les plans de soutien du gouvernement aux secteurs automobile et aérien soient « sans conditionnalité ferme concernant leur évolution vers une trajectoire compatible avec les objectifs nationaux ».

En clair, selon eux :

« l’enjeu n’est pas d’intégrer le climat au cadre du plan de reprise, mais d’insérer le plan de reprise dans les limites du climat. »

A quand une vraie bifurcation écologique ?

La « macronie » n’est pas prête de passer aux actes face à l’urgence écologique. Préoccupée par son remaniement gouvernemental, elle laisse les entreprises stratégiques et indispensables à toute bifurcation mettre la clé sous la porte. Ainsi, apprenait-on le 10 juillet qu’Alstom compte se séparer d’une usine de fabrication de trains régionaux située dans le Bas-Rhin pour voir son projet de rachat de Bombardier accepté par Bruxelles. L’usine s’occupe de l’assemblage final des trains hybrides consommant 20% d’énergie en moins. Elle emploie 780 salariés pour environ 400 trains à fabriquer d’ici à 2024. Qu’à fait Macron ? Rien. Après la publication des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, Macron et ses ministres ont également multiplié les « jokers » et les fins de non-recevoir. Le projet de loi censé les reprendre « sans filtre », comme promis par le Président, et annoncé pour l’automne, a été repoussé à janvier 2021. Vous avez dit urgence ? Pour finir, le Conseil de l’UE se solde par des échecs cuisants pour Macron. Des états radins ont tordu le bras à toute l’Europe. Macron souhaitait 500 milliards de subventions, c’est 390. Il promettait la fin des rabais sur les contributions des états-membres, ils sont augmentés pour les pays du Nord. 10 milliards de rabais annuels supplémentaires, dont 20% seront payés à la place des Pays-Bas, de l’Autriche et de la Suède par la France. Soit 2 milliards d’euros. Il promettait de préserver le budget de la PAC, les fonds dédiés à l’agriculture et à la transition juste sont sacrifiés.

Le lien vers le rapport complet

Dans le même dossier

Les vidéos