dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

En Italie une gauche autrefois puissante, lutte pour s’imposer

Les sondages pour les élections générales du 25 septembre en Italie suggèrent que l'extrême droite est en train de remporter la victoire. Son opposition de centre-gauche est faible et divisée - ce qui montre ce qui arrive à une gauche qui s'éloigne de sa base ouvrière. Nous avons traduit cet article issu du magazine Jacobin.

Par Guido Liguori, le président de l’International Gramsci Society Italia.

Les élections générales en Italie promettent la victoire de l’alliance de droite – en partie grâce à un système électoral que tout le monde critique mais que personne n’a cherché à changer. La loi actuelle donne un avantage considérable aux partis qui se présentent en coalition, qui peuvent remporter une grande majorité de sièges même avec bien moins de 50 % des voix.
À l’approche des élections du 25 septembre, les partis de droite ont surmonté leurs divisions pour conclure une telle alliance : Le Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni, la Lega de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi feront front commun, contrairement à leurs rivaux de centre-gauche. Les sondages suggèrent que, pour la première fois, le principal vainqueur de l’élection sera la force de droite la plus radicale au Parlement : le parti de Meloni, l’héritier du néofascisme d’après-guerre.
L’une des causes de ce résultat probable est la situation lamentable de ce que le fondateur de la New Left Review, Perry Anderson, a appelé la « gauche invertébrée » de l’Italie. C’est le pays d’Antonio Gramsci et d’Enrico Berlinguer, et jusqu’en 1991, il avait le parti communiste le plus fort de l’Occident. Pourtant, les partis de gauche italiens traversent une crise profonde depuis plus d’une décennie.

Aujourd’hui, le plus grand parti que les médias grand public qualifient de « gauche » est le Partito Democratico (PD) – bien que beaucoup contestent son appartenance à la gauche. Ce parti est né d’une union bizarre, en 2008, d’anciens communistes et d’anciens chrétiens-démocrates, qui ont été pendant un demi-siècle après 1945 le plus grand parti de gouvernement.
En quelques années, les anciens démocrates-chrétiens ont pris le contrôle du PD, d’abord avec Matteo Renzi, puis avec Enrico Letta, ce qui a donné lieu à des politiques souvent préjudiciables à la classe ouvrière (par exemple, l’augmentation de l’âge de la retraite et la suppression des protections des travailleurs contre les licenciements).
Aujourd’hui, les travailleurs et les habitants des quartiers pauvres votent plus souvent pour les partis de droite que pour le PD, dont les électeurs se trouvent plutôt parmi les personnes très instruites et riches.
Le leader du PD, Letta, a également commis deux graves erreurs dans la campagne elle-même. Premièrement, après la crise qui a coulé le « gouvernement d’unité nationale » de Mario Draghi en juillet, Letta a refusé une alliance avec le Mouvement 5 étoiles. Et ce, alors que le PD cherche depuis longtemps à intégrer ce parti éclectique dans un pacte de « centre-gauche » – ce qui aurait pu en faire un sérieux prétendant à la victoire lors de ces élections.
De plus, Letta a longtemps persisté à affirmer qu’il souhaitait poursuivre les politiques de Draghi, malgré les signes de mécontentement populaire face à des mesures insuffisantes pour lutter contre l’une des plus graves crises économiques et de l’emploi de ces dernières décennies. Letta a réalisé son erreur trop tard – et le vernis de gauche donné à sa campagne ces derniers jours sera probablement insuffisant pour lui faire regagner les votes de la classe ouvrière, aujourd’hui disparus.

Cinq étoiles

Le PD doit faire face à la concurrence d’un autre parti qui est aujourd’hui largement perçu comme étant de gauche : le Mouvement 5 étoiles (M5S), dirigé par Giuseppe Conte, qui a été premier ministre de 2018 à début 2021. Ce parti n’a en réalité pas un fort pedigree de gauche : il s’agit du même Conte que Donald Trump a même récemment appelé « mon ami » en souvenir de leurs excellentes relations lorsqu’il était président des États-Unis et Conte le premier ministre italien, initialement à la tête d’une coalition Cinq étoiles avec la Lega d’extrême droite.

En effet, ce parti a longtemps proclamé son rejet du clivage gauche/droite et s’estime donc libre d’agir à sa guise, sans scrupules idéologiques. Fondé par le comique Beppe Grillo, il a connu une croissance rapide au début des années 2010 en tant que protestation contre tous les partis politiques existants, puis est devenu la force unique la plus populaire lors des dernières élections générales, qui se sont tenues en mars 2018.

Jusque-là, Conte était un avocat et un professeur d’université inconnu des cercles politiques : il est soudainement sorti de l’anonymat lorsqu’il a été choisi par Five Star pour diriger le gouvernement avec le principal parti de droite de l’époque, la Lega, caractérisé par sa guerre contre les immigrants d’Afrique et du Moyen-Orient. Lorsque Salvini a mis fin à ce premier gouvernement dirigé par Conte à l’été 2019, convaincu que de nouvelles élections lui apporteraient la victoire, Conte n’a pas hésité à s’allier avec le PD pour former une nouvelle coalition gouvernementale, d’orientation politique totalement opposée à la précédente. À travers les deux coalitions, son soutien n’a cessé de s’effriter.

Ce deuxième gouvernement Conte a été à son tour renversé par Matteo Renzi en février 2021, dans le contexte de la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19.
Au cours du gouvernement suivant, dirigé par l’ancien directeur de la Banque centrale européenne, M. Draghi, le M5S – qui avait entre-temps fait ses adieux à plusieurs dirigeants modérés – se présente comme une force de gauche. En cela, il s’est surtout appuyé sur le fait que son succès le plus populaire au cours de ses années de gouvernement a été l’introduction du « revenu citoyen » pour les plus pauvres, qui a aidé de nombreuses personnes (surtout des jeunes) en difficulté économique pendant la pandémie et maintenant la crise économique continentale aggravée par la guerre en Ukraine.
Dans la campagne électorale actuelle, Conte a été habile pour mettre en avant les références de gauche de son parti, essayant de voler des voix au PD et à la gauche radicale. Mais étant donné les précédents, personne ne peut savoir avec certitude comment il pourrait se comporter après les élections et avec qui il serait prêt à s’allier.

L’union populaire

Enfin, la gauche radicale arrive à nouveau divisée à ces élections. Un petit parti appelé Sinistra Italiana (SI) a choisi, comme par le passé, de s’unir pour les élections avec le PD afin d’être sûr de pouvoir élire quelques députés : cette décision a également été contestée par une bonne partie de ses membres qui – lassés du centrisme du PD et désireux de former un large front contre la droite – auraient préféré une alliance élargie à Cinq étoiles.

Deux autres petits partis – Rifondazione Comunista, né en 1991 après la fin de l’ancien Partito Comunista Italiano (PCI) et lui-même capable d’atteindre près de 10 % des voix par le passé, et le beaucoup plus récent Potere al Popolo, invité cet été à une série de réunions dans certaines villes américaines – ont uni leurs forces dans un nouveau groupement appelé Unione Popolare.

Son porte-parole est l’ancien maire de Naples Luigi de Magistris, qui cherche à ramener la gauche radicale au Parlement après une absence qui dure depuis 2008. Cette liste se présente à l’échelle nationale – les autres petites forces de gauche ne se présentent que localement, sans espoir d’élire des députés.

De Magistris a été maire de Naples pendant dix ans (de 2011 à 2021) grâce au soutien de mouvements de la société civile ainsi que des mêmes partis d’extrême gauche qu’il a maintenant réunis pour ces élections. L’année dernière, il a mené la gauche à un excellent résultat lors des élections régionales en Calabre, obtenant quelque 17 % de soutien. Il tente maintenant de répéter ces succès au niveau national avec l’aide du soutien du leader de la gauche française Jean-Luc Mélenchon, qui s’est rendu à Rome la semaine dernière.

L’Unione Popolare, dont le nom reprend celui du véhicule de campagne de Mélenchon pour 2022, a un programme axé sur la défense des travailleurs, les besoins des couches les plus pauvres de la société italienne et la relance de l’État-providence, en particulier la santé publique et les écoles. Opposé au nationalisme russe et ukrainien, il appelle à une action décisive de la communauté internationale et de l’Union européenne pour mettre fin à la guerre par des négociations et des pourparlers.

L’Unione Popolare est en hausse dans les sondages. Mais elle n’a été créée qu’au début du mois de juillet et, dans un environnement médiatique hostile, elle est confrontée à une course contre la montre pour se faire connaître des électeurs. Les sondages étant suspendus dans les deux dernières semaines avant le vote, malgré de nombreux signes encourageants, il est difficile de dire s’il dépassera le seuil des 3 % de voix nécessaires pour entrer au Parlement. Ce serait une véritable percée pour la gauche italienne d’aujourd’hui, un grand encouragement à sortir de sa condition « invertébrée » et, peut-être, à commencer sa renaissance politique et organisationnelle.

Dans le même dossier

Les vidéos