dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

Des scientifiques américains mettent au point un vaccin peu coûteux pour vacciner les pays du Sud

Un nouveau vaccin contre le coronavirus, sans brevet et abordable, destiné à l'Inde, a été mis au point par une petite équipe du Texas, qui n'attend rien en retour.

Le vaccin s’appelle Corbevax et pourrait toucher des milliards de personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire dans l’espoir d’immuniser le monde contre le COVID-19. Mis au point par le Texas Children’s Hospital, il a été approuvé en urgence par le gouvernement indien la semaine dernière. Il s’agit d’une approche de la vaccination « sans conditions » à laquelle les grandes sociétés pharmaceutiques comme Pfizer et Moderna se sont opposées afin de tirer des bénéfices astronomiques de la propagation du virus.

« C’est vraiment passionnant de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’être une multinationale pharmaceutique et de se contenter de faire des technologies toutes neuves qui ne conviendront qu’à l’hémisphère nord », a déclaré le Dr Peter Hotez, cocréateur du Corbevax avec sa collaboratrice Maria Elena Bottazzi, au site Democracy Now! : « Nous pouvons vraiment fabriquer un vaccin pour le monde entier. »

« Nous n’essayons pas de faire de l’argent », a-t-il ajouté. Le vaccin a été cédé sous licence à Biological E. par l’intermédiaire d’une équipe de commercialisation du Baylor College of Medicine à Houston, où travaillent les deux collaborateurs.

Biological E. a des plans ambitieux pour produire plus d’un milliard de doses du vaccin en 2022. Peter Hotez et Maria Elena Bottazzi n’en retireront pas un centime à titre personnel, mais leur employeur, le Baylor College, percevra une rémunération.

Dans le même dossier

Les vidéos