dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@lemondeencommun.info

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

les articles du dossier

les 21 et 22 novembre 2020, l'Arabie saoudite a organisé, depuis Riyad, un Sommet du G20 en ligne. Cette réunion de chefs d'État, qui se substitue à l'ONU et tend à réduire la scène internationale à un club oligarchique, a débouché sur de vagues promesses. Bastien Lachaud, député insoumis, y voit toute l'hypocrisie d'une caste politico-affairiste dont la parole et les actes ne sont que contradictions.
France Culture
Avec la crise du coronavirus, c'est aussi la pauvreté qui se répand. Pour certains pays, les difficultés sont si fortes que la solidarité internationale est demandée, avec des difficultés. La Zambie dont la dette est détenue par des créanciers privés est aujourd'hui en défaut de paiement.
« Les noces entre l'islamisme extrémiste et l'extrême-droite sont festives. Chacun utilise l'autre, s'appuie sur l'autre, sert le dessein de l'autre, pouvant même, par le truchement de l'antisémitisme, pactiser ponctuellement et fréquenter les mêmes espaces, les mêmes réseaux, les mêmes personnes » explique Christophe Ventura. L'assassinat de Samuel Paty, les attaques à Vienne le 2 novembre 2020 ou l'attaque à Nice le jeudi 29 octobre... Plusieurs attentats islamistes et à chaque fois le même déchainement de l'extrême droite dans les médias : xénophobie, racisme, mépris de l'État de droit. Christophe Ventura prend le temps de penser et d'esquisser une réponse à la question brûlante : qui sommes nous ?